Ce n'est pas pour rien que j'ai posté une photo de tissage cette semaine. Ca me travaille drôlement, en ce moment.

Mais durant ces mois où le métier a pris la poussière a attendu sagement à l'abri de la poussière dans sa housse, j'ai compris que ce qui me retenait, c'était la peur d'être déçue face au résultat final. Parce que je n'avais pas su imaginer le rendu des matières et des couleurs. Parce que j'avais choisi un mauvais espacement des fils. Parce que le fil chois pour la chaine était trop mou, ou trop fragile. Parce que le métier une fois installé squattait toute une table, et que j'hésitais à le replier avec une chaine montée.

Mais pour toutes ces raisons, je me privais du plaisir de la navette qui glisse et des mouvements doux et répétitifs du tissage à la main.

Bref, une commande chez Alysse créations plus tard, je suis à nouveau pleine d'amour pour mon grand métier. C'est que maintenant, c'est un grand coco qui tient debout !

IMG_7202

L'ajout d'un pied change tout, esthétiquement parlant. Il permet aussi de ranger le métier en position semi-plié nettement plus facile à stocker. Je n'ai pas tellement de doute non plus sur le gain de confort lors du tissage, puisque le métier se retrouve plus bas que s'il est sur une table, je pense que ma posture sera naturellement meilleure. Sans compter que le métier devient aussi bien plus facile à transporter au jardin !

Alors, c'était le jour idéal pour mettre en route les échantillons de mon premier tissu en filé main. Bon, seulement pour la trame, puisque j'utilise pour la chaine une pure laine très fine du commerce, garantie anti-feu, d'après la dame du magasin. C'est un surplus de laine à pull de pompiers.... quand on se fournit dans des entrepots, on fait de drôles de trouvailles.

Je me rends compte que j'ai commencé à filer ces pelotes en octobre dernier. Ca fait un bail ! Certaines ont été cardées chez une copine qui possède une énorme Strauss à tapis très fin. Les derniers viennent de mélanges à la blending board.

IMG_7204

Du fin, du dodu, du 2 fils et du navajo, du poilu, du sec.
Du mérinos, de la soie en fibre longues ou en bourette, et même un peu de mohair.

Et voici la machine de guerre.

IMG_7205

Mon gentil petit métier Cricket, équipé à présent d'un peigne variable. Le principe est de pouvoir combiner des plaquettes de 6 cm de large, avec différents écartements des dents.

A la base, ce peigne est destiné aux tissage "arty", avec des fils d'épaisseurs variées, jusqu'aux plus gros fils fantaisie.

IMG_7207

Vous avez vu la taille de ce truc ?

J'essaierai certainement ces techniques, même si pour l'instant, je me contente d'admirer ce que font des tisserandes comme Doigts de Fée ( j'avoue, je suis sa fan cachée...)

Pour une première utilisation, je n'ai installé que les trois peignes correspondant à ceux que je possède pour le grand métier. Eh oui, c'est ça qui est cool: mon petit cricket devient un métier à échatillonner idéal !

IMG_7206

Verdict : j'aime !
Je n'ai plus qu'à laver mon échantillon pour choisir en toute sérénité comment installer la chaine définitive.

Et je dois filer plus de mélange avec mohair, ça brille, ça claque, c'est beau (le fil dodu au-dessus de la couche rosée du milieu)