moutonIl fait un temps magnifique sur le nord de la France, et je me suis installée en fin de matinée sur la terrasse, un bon tablier qui ne craint rien noué à la taille, à ma droite, le sac de toison de mouton, en face un sac poubelle, à gauche la corbeille à linge.

Et c'est parti, les doigts dans la lanoline.

Comme je ne possède pas encore de flick carder, cette petite brosse dure qui permet de préparer les touffes de laine, j'ai utilisé la brosse qui sert à nettoyer la cardeuse à rouleau. Ca marche très bien, mais j'ai très vite dû enfiler un gant pour protéger mon autre main...

Au bout d'une heure, la corbeille à linge était pleine de petites touffes débarassées des recoupes. Je ne suis pas sûre que ma technique soit très orthodoxe, mais j'y suis allée au feeling. J'ai empoigné les mèches par le côté extérieur, où les poils sont collés par le suint, et j'ai brossé.

Puis lavage comme il faut, et je dois admettre que les cristaux de soude, ça change tout ! La laine est maintenant toute propre, elle sent bon, elle est toute légère. Pas aussi douce que de l'agneau ou du mérinos, mais c'est quand même très bien. Elle est restée franchement jaune, c'est joli.

A la guerre comme à la guerre, j'ai fourré la laine dans un filet à pommes de terre pour pouvoir l'essorer dans le lave-linge.

Elle finit de sécher, je la carde et je vous montre.

...ai-je besoin d'ajouter que c'était le pied total ?!!!!